Briser l’exclusion scolaire : humiliation à l’école, origines et solutions

L’humiliation scolaire est un facteur majeur du découragement à l’école. Découvrez l’origine de l’exclusion en classe et les actions pour une reprise de confiance.

Un débat initialement lancé par des parents et enseignants sur le site parolespourlecole.org, afin de permettre d’adopter une pédagogie plus adaptée, pour que tous les enfants puissent entrer dans le savoir.

L’école, c’est le paradis pour les uns et l’enfer pour les autres.
Certains enfants ou adolescents sont élus et d’autres sont exclus par leur professeur.
L’humiliation provoquée par un enseignant sur un élève est un problème scolaire massif et une pratique anti-pédagogique.

À l’époque, les maîtres faisaient porter le bonnet d’âne à un élève qui avait une mauvaise note. De nos jours, les pratiques ne sont plus les mêmes, mais leur objectif reste identique : apporter un sentiment d’humiliation.

Il arrive par exemple régulièrement qu’une difficulté de lecture ou d’écriture soit dévoilée à l’ensemble de la classe par un enseignant. Une moquerie par rapport à la note d’un devoir (nul, médiocre, minable), ou la remise des notes des élèves par ordre décroissant sont des exemples d’humiliation à l’école. Ces situations sont bien souvent à l’origine des découragements scolaires voire même des échecs scolaires.

L’humiliation à l’école est une thématique sensible dont on parle peu alors que ses effets peuvent avoir de graves conséquences.

Découvrons ensemble ce que représente exactement l’humiliation à l’école ainsi que les actions possibles pour aider un enfant ou un adolescent à reprendre confiance.

L’humiliation à l’école

Des chiffres alarmants

Selon une enquête réalisée par Pierre Merle, professeur de sociologie en Bretagne, un collégien sur cinq déclare s’être senti « souvent » ou « assez souvent » humilié par son professeur. De cette enquête, il ressort qu’à priori, les “bons élèves” ont moins de raisons de se plaindre d’humiliation scolaire que leurs compagnons au niveau plus faible.
(source)

Dans des données récentes renseignées par l’OMS, il ressort qu’environ un élève sur trois est victime de violence ou de harcèlement en milieu scolaire. (source)
Le critère d’humiliation par le professeur fait partie du harcèlement scolaire.
Le statut socio-économique (fondé sur la richesse, la profession et le niveau d’études des parents) et le statut d’immigrant jouent un rôle dans le harcèlement de ce type.
Un enfant originaire d’un milieu social défavorisé peut donc ressentir un sentiment d’infériorité à l’école.

Qu’est-ce que l’humiliation scolaire ?

L’humiliation peut être définie comme “l’agression susceptible de rabaisser une personne”.
L’humiliation scolaire représente, quant à elle, “une volonté consciente ou non chez l’enseignant, de “diminuer” un élève ou un groupe d’élèves”.

Une enquête de Pierre Merle, parue sur le site de l’Union Francophone des associations de Parents de l’Enseignement catholique nous explique les origines des pratiques de l’humiliation scolaire. (source)
Dans son étude, il explique que l’humiliation part toujours d’un même point : le fait que le professeur stigmatise consciemment ou inconsciemment sa population scolaire. L’enseignant pointe un individu ou un groupe de personnes de sa classe. Ensuite, il le rejette socialement ou le met à l’écart.

Il existe plusieurs types d’humiliations scolaires :

  • Individuelle : faire lire un extrait difficile à un élève qui a du mal à lire, moquerie, remise des notes dans l’ordre décroissant, passage à « tabac » en envoyant l’élève régulièrement au tableau… ;
  • Collective : le professeur divise sa classe en niveaux : « les bons, les moyens et les mauvais ». Cette pratique de ségrégation scolaire est assez régulière dans l’enseignement ;
  • Régulatrice : elle permet au professeur de prendre l’autorité dans sa classe suite à un problème avec un élève perturbateur.

Origines de l’humiliation à l’école

Selon Pierre Merle, l’auteur de “Peut-on enseigner sans humilier ?”, quatre origines sont à l’origine de la différenciation dans le cadre scolaire :

  • une origine tribale ou ethnique, vue comme une forme de racisme ;
  • un comportement ou une apparence physique différents ;
  • un niveau scolaire inférieur ;
  • un critère de virilité.

D’après les résultats de l’étude, il est très probable que l’humiliation et l’origine sociale d’un enfant ou d’un groupe d’élèves soient liées. Le sociologue part du principe qu’un élève venant d’un milieu social inférieur a un niveau moins bon en classe.
Ce type d’enfant est donc plus facilement humilié par son professeur qui pense que les parents venant d’un milieu défavorisé ne viennent pas se plaindre.

Comment reprendre confiance à l’école ?

Un enfant qui connaît un rabaissement scolaire n’a plus aucune confiance en lui.
La compétence scolaire (réussite ou échec) est indissociable des jugements portés sur un élève ou un groupe d’élèves.
La perception qu’une personne a d’une situation oriente son comportement. Si un enseignant dit à son élève que ses notes sont minables, l’enfant finit par le croire et tombe en échec scolaire.
Le comportement négatif de l’élève conforte alors le professeur qui renforce encore plus son humiliation.

Respect des droits et obligations des enfants et adolescents

Il est nécessaire de respecter davantage les droits et les obligations des enfants dans une institution scolaire. Le règlement intérieur d’une école doit mentionner ces informations afin de pouvoir diminuer le sentiment d’humiliation ressenti par certains élèves. Ceci n’est bien entendu pas la solution au problème, mais c’est un bon moyen d’actions.

Encouragement vaut mieux que humiliation

Pour assurer un progrès scolaire, il faut encourager un enfant ou un adolescent le respecter, et non l’humilier.
En effet, un élève qui a une bonne estime de lui progresse plus qu’un élève dévalorisé et dégoûté par le système. Les sentiments d’injustice et de rabaissement expliquent parfaitement l’humiliation scolaire.

La confiance se tisse par des liens et par les expériences vécues par les enfants et les adolescents. C’est généralement par des paroles venant d’adultes qu’ils apprennent à avoir une plus haute estime d’eux.

Ainsi, il est important de souligner à l’élève ce qu’il a réalisé avant de lui reprocher ce qui n’a pas été fait ou ce qui a mal été fait. Si un enfant prend du temps pour lire, rappelez-lui qu’il y a peu, il ne savait pas encore lire…

Preuve de la confiance

L’enfant ou l’adolescent doit avoir conscience que ses parents et ses professeurs ont confiance en lui. Cela lui permet de croire en ses capacités.

Pour qu’il comprenne qu’il est aussi capable d’exécuter certains actes, il faut lui en donner l’opportunité et l’encourager. Donner une mission, lui expliquer ses droits et ses devoirs font partie des éléments qui apportent confiance à une personne, quel que soit son âge.

Enfin, dès la mission exécutée, il est important de remercier l’enfant ou l’adolescent du travail effectué. Il se sent alors utile, impliqué et reprend confiance en lui, petit à petit.

Maintenant…

Il faut que je vous parle d’un petit rituel qui a tout changé pour moi et pour les centaines d’hommes et de femmes à l’avoir adopté.

Un rituel basé sur la raison scientifique pour laquelle certaines personnes réussissent…et d’autres sont constamment dans l’échec.

Regardez la différence entre ces deux images :

Ces deux scans ont été obtenus à l’aide d’un système d’imagerie cérébrale dernier cri.

La différence entre l’activité cérébrale de gauche et l’activité cérébrale de droite peut expliquer à elle seule pourquoi certaines personnes sont heureuseset d’autres ne le sont pas.

C’est souvent cette seule différence qui fait que certaines personnes obtiennent tout ce qu’elles souhaitent dans la vie… et d’autres non.

Ou que certaines personnes réussissent, et d’autres sont constamment dans l’échec.

Et ceci n’a pas grand chose à voir avec le quotient intellectuel ou le quotient émotionnel.

Ça n’a pas non plus grand chose à voir avec d’où vous partez.

Cette différence ?

Elle est liée à ce qu’on voit ensemble dans cet article :

« La raison scientifique pour laquelle certaines personnes sont constamment dans l’échec…et d’autres semblent tout réussir ? »

Ce petit truc n’est pas seulement basé sur des faits avérés en physique quantique :

C’est aussi basé sur des observations scientifiques récentes rendues possibles avec l’apparition de technologies de pointe dans l’imagerie cérébrale.

Cliquez ici pour en apprendre davantage sur ce rituel de 15 minutes qui a déjà aidé des centaines d’hommes et de femmes à retrouver l’abondance dans leur vie.

Abondamment vôtre,

Daniel Angeletti

À propos de l'auteur

Daniel Angeletti est un coach bien-être depuis 2011. Fasciné par la nature depuis son enfance, il réalise son premier voyage spirituel au Népal à 19 ans. Il partage sur ce blog des pistes glanées ici et là au fil de ses retraites de Yoga et de méditations pour aider ses lecteurs à trouver bonheur et sérénité dans leur vie. Ses méthodes tirent leur efficacité de la combinaison des techniques de méditation ancestrales et des neurosciences modernes.
Top